Espace pro
Emploi | Recruteur | Formation | Fournisseurs | Agenda | Actu Produits | Tendances - Marchés | Revente LMNP
Nos Services | Qualité & Conseil | Financement | Emploi & Formation | Investissement - LMP | Achat - Vente Ehpad

Infirmière en Pratique Avancée (IPA) : pour la création d'une formation Grand Âge

L'Afipag, la SFGG et le CNEG se réjouissent que le sujet des IPAG soient à nouveau au centre de l’actualité et des discussions

Publié le 12 octobre 2022

L'Association française des IPA en gérontologie (Afipag), la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie (SFGG) et le Collège National des Enseignants en Gériatrie (CNEG) se réjouissent que le sujet des IPAG soient à nouveau au centre de l'actualité et des discussions. Cependant ils souhaitent réagir aux propos de la Ministre Agnès Firmin-Le Bodo tenus lors d'un débat au Sénat le 6 octobre dernier.

La personne âgée, au cœur de notre système de soin


Le soin apporté aux patients âgés est un sujet crucial.
Il est en effet à la croisée de nombreux sujets d'actualité : le parcours de santé, les EHPAD, les urgences et les hospitalisations évitables - on estime à 60% d'admissions évitables aux urgences en gériatrie. Tel qu'il existe actuellement, le système de soin est maltraitant envers les personnes âgées, l'organisation actuelle des soins étant trop cloisonnée et mal adaptée aux personnes âgées. Le patient gériatrique, par ses spécificités, nécessite d'être pris en soin de façon personnalisée dans le but de permettre un retour à domicile, éviter la perte d'autonomie aiguë et la dépendance iatrogène.

Nous savons, en tant que professionnels de santé soignant les personnes âgées, que seule leur prise en soin adéquate permettra de résoudre, ou du moins de limiter, ces problèmes.

Renforcer l'enseignement en gérontologie

L'essentiel de la prise en charge sanitaire des personnes âgées se déroule en ville.
Aussi, favoriser une acculturation gériatrique au sein de l'ensemble des unités de soins accueillant des patients âgés de 75 ans et plus, donc de la quasi-totalité des professionnels, est LA solution qui permettrait de répondre aux besoins spécifiques du patient âgé.
Dans cette optique, la création du métier IPA a toute sa place. Son utilité n'est plus à prouver car sur le terrain et dans bien des domaines (oncologie, psychiatrie et urgences notamment) le binôme «IPA - Médecin» a prouvé qu'il était une solution sérieuse pour améliorer l'accès aux soins.
Comme l'a souligné la Ministre Agnès Firmin-Le Bodo, il faut donc «renforcer l'enseignement en gérontologie et les capacités des IPA toute mention à prendre en charge les patients âgés».

Mais il faut aller plus loin : conformément aux recommandations du CNP IPA, le renforcement en compétences des mentions en gérontologie et l'ouverture de la mention IPA Grand âge permettraient de tendre vers l'approche populationnelle demandée par l'ensemble des IPA.

L'IPA « Grand Âge » : vers une approche populationnelle par les IPA

L'IPA mention Grand Âge ne fait pour l'instant pas partie des domaines dans lesquels les infirmiers en pratique avancée peuvent pratiquer. Malgré des signes encourageants ces derniers mois, Agnès Firmin-Le Bodo a exprimé sa réserve quant à sa création arguant que ces compétences gériatriques pouvaient relever des IPA en Pathologies Chroniques Stabilisées (PCS).

Or, les IPA PCS n'ont pas la formation gérontologique spécifique ni le décret de compétences et d'actes pour apporter leur expertise en gérontologie et prendre en soin la personne âgée de façon satisfaisante et multidimensionnelle. L'approche de cette part majeure de la population par les prismes d'évaluations de la fragilité, d'événements aigus (chute, rupture brutale d'un maintien à domicile, syndrome confusionnel,,...) et des syndromes gériatriques rencontrés quotidiennement en médecine de ville, par les pompiers, les EHPAD, le service des urgences ou les DAC, sont des compétences qui s'acquièrent par une formation spécifique. Cette expertise gérontologique contribuerait à la coordination des soins en soutien des missions des DAC et CPTS.

Par ailleurs, et comme l'a justement souligné Jean-Claude Requier, parlementaire présent au Sénat ce 6 octobre, cette «absence de reconnaissance" des IPA en gérontologie «freine le développement de la filière IPA en Ehpad et à domicile, qui apporterait pourtant une véritable valeur ajoutée sur la qualité des prises en charge, l'organisation des soins et la valorisation des professionnels».

C'est pourquoi, l'Association française des IPA en gérontologie (Afipag), la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie (SFGG) et le Collège National des Enseignants en Gériatrie (CNEG) demandent à la Ministre la réouverture d'un dialogue autour du métier d'IPA en gérontologie pour lequel un référentiel à été présenté en 2020 - soutenu par le Conseil National Professionnel (CNP) IPA.


Besoin d'informations ?

Un conseiller vous recontacte gratuitement




© Australis 2023 - Tous droits réservés.  //  Gestion des cookies