Un droit à penser à soi

Le projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, la loi Autonomie, est en cours de discussion à l’Assemblée Nationale du 9 au 11 septembre. L’occasion pour les médias de mettre le projecteur sur ce projet de loi et en particulier sur les aidants, comme l’a fait France Inter avec Serge Guérin le 9 septembre.

Publié le 10 septembre 2014

Serge Guérin est pour moi celui qui parle le mieux des aidants, il a le sens de la formule, il a le sens des mots, et il a un profond respect des aidants. Je ne sais pas comment il est arrivé à comprendre aussi bien les aidants, mais le fait est là tel que je le ressens. J'ai écouté son interview sur France Inter, et j'ai bien aimé sa manière de répondre aux questions directes de la journaliste.



« De beaux principes mais avec peu de moyens ? »

La journaliste a posé cette question après que Serge Guérin ait parlé des 8 millions d'aidants, de leur contribution informelle de 164 milliards d'euros chaque année, et en faisant le rapprochement avec les 650 millions d'euros prévus pour le financement des mesures inscrites dans la loi. Les 650 millions d'euros sont une goutte d'eau. En plus, tout n'est pas pour les personnes dépendantes et les aidants ! On sait tous que peu d'aidants auront accès réellement aux 500 euros de répit annuel. On connait tous les lenteurs des décisions pour obtenir une aide. Et en haut de tout ça, on se perd sur qui prendra les décisions locales une fois que le nouveau découpage territorial... Mais la réponse de Serge Guérin recoupe exactement ce que me disait une aidante avec qui je suis très amie.



« Un droit à penser à soi »

Serge Guérin a répondu à la journaliste en pointant le fait que grâce à cette loi, c'est la première fois qu'on reconnait le rôle des aidants, c'est la première fois qu'un droit au répit est mis en place, la première fois « qu'un droit à penser à soi » est institué pour les aidants. Oui, avec cette loi, c'est un droit à penser à soi, nous les aidants !



« J'ai connu des années d'accompagnement auprès de mon mari sans aucune aide pour moi »

Ce que dit Serge Guérin recoupe exactement ce que m'a écrit Yoyo hier sur un forum. Yoyo est une aidante qui a pris soin pendant 7 ans de son mari Alzheimer à leur domicile, et qui prend soin de lui maintenant dans l'EHPAD où il vit. Voici ce que Yoyo me dit : « Vous avez raison Emilie, on espèrerait plus pour les aidants. Moi j'ai tendance à voir le verre à moitié plein, j'ai connu des années d'accompagnement auprès de mon mari sans aucune aide pour moi, alors je me dis c'est vrai, cette aide proposée ce n'est pas énorme mais c'est déjà ça. Il y a quelques années, j'aurai bien aimé en bénéficier croyez-moi. Ce projet de loi entrainera peut être- une prise de conscience collective ? Le fait d'être médiatisé sur des chaines TV à grande écoute nous permettra peut-être de sortir de l'ombre ? ».


Emilie, aidante


Aidants et Aidés


LA PAROLE AUX AIDANTS
Comment gérer au quotidien la relation de l'aidant vers la personne aidée, souvent en état de dépendance? Comment faire en sorte que l'aidant ne s'épuise pas? Des conseils et , initiatives et retour d'expériences sont recensés dans cette rubrique. La parole est également donnée aux aidants afin qu'ils partagent le quotidien de leur vie d'aidant.

On vous recontacte

Un conseiller vous recontacte gratuitement.

En cliquant sur le bouton ENVOYER vous acceptez d’être contacté par mail ou téléphone par les opérateurs de résidences services répondant à votre demande

Conditions d'utilisation

Ces informations sont nécessaires à notre société pour traiter votre demande. Elles sont enregistrées dans notre fichier de clients et peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès et de rectification auprès de notre service clientèle (cf mentions légales en bas de page).



© Australis 2021 - Tous droits réservés.
FERMER