Quels sont les premiers résultats du programme Habiter Mieux qui vise à lutter contre la précarité énergétique

L'ANAH publie un premier bilan chiffré

Publié le 20 juin 2014

CHIFFRES CLES :

Depuis le début du programme, près de 70 000 logements ont fait l'objet de travaux de rénovation thermique sur le territoire métropolitain à destination de : -63 959 propriétaires occupants -3 291 propriétaires bailleurs -1 765 logements en copropriété en difficulté

673,2 M€ d'aides aux travaux de l'Anah et du Fonds d'aide à la rénovation thermique (FART) ont été engagés permettant la mise en chantier de 1 371,5 M€ de travaux.

Au 15 juin 2014, 18 303 logements ont été engagés dans un projet de travaux de rénovation thermique. En 6 mois l'Anah atteint près de 50% de son objectif 2014 (38 000 logements).

LES PROPRIETAIRES OCCUPANTS

Les aides « Habiter Mieux » assurent aujourd'hui près de 60 % du financement des travaux.

Les aides bénéficient à 69,5 % à des ménages aux ressources très modestes. Cela correspond à un couple habitant hors Île-de-France et dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 26 708€. 63 959 propriétaires occupants, soit près de 154 000 personnes (dont la moitié appartient à des ménages de 4 personnes et plus) ont bénéficié de l'aide.

  • 39 % de gain énergétique moyen.
  • 17 962 € de travaux en moyenne.

Si le montant moyen des travaux est d'environ 14 000 € lorsque le gain énergétique est inférieur à 35 %, il s'élève à plus de 28 000 € lorsque le gain est supérieur à 50 %.

La part des logements d'avant 1949 représente 43 % des logements rénovés avec un coût moyen de travaux de 21 500 €. Seuls 17 % des logements concernés ont été construits après la première réglementation thermique datant de 1975 avec un coût moyen de travaux de 15 012 €. 92 % des logements sont des maisons individuelles.

Avant travaux, 61 % des logements sont classés en étiquettes G ou F. Après travaux, les gains d'étiquettes sont significatifs puisque près de 90 % des logements aidés gagnent au moins une étiquette de classe énergétique : 59 % gagnent une étiquette, 23 % deux étiquettes et 5% au moins trois étiquettes.


Propriétaires bailleurs*

Il s’agit de travaux lourds de réhabilitation dont le montant s’élève en moyenne à 56 914€. 77 % des logements rénovés étaient vacants avant les travaux. 3 291 logements de propriétaires bailleurs rénovés 64 % de gain énergétique moyen.

* Bénéficiaires du programme « J’éco-rénove, J’économise » depuis le 1er juin 2013.

Les subventions sont conditionnées au conventionnement du logement (loyer social, très social ou intermédiaire) et à la location à des ménages sous plafonds de ressources.

Zone A : agglomération parisienne, Genevois français et une partie de la Côte d’Azur. Zone B : agglomérations de plus de 50 000 habitants, communes en lisière de l’agglomération parisienne, certaines communes littorales et frontalières. Zone C : toutes les autres communes.



Répartition géographique



Adaptation habitat


Adaption habitat personne âgée : Le maintien à domicile passe par une adaptation de l'habitat des personnes âgées afin de pouvoir aménager leur environnement et le rendre compatible avec leur mobilité par exemple.
Quelques conseils pratiques !

Besoin d'informations ?

Un conseiller vous recontacte gratuitement



© Australis 2022 - Tous droits réservés.  //  Gestion des cookies