Espace pro
Emploi | Recruteur | Formation | Fournisseurs | Agenda | Actu Produits | Tendances - Marchés | Revente LMNP
Nos Services | Qualité & Conseil | Financement | Emploi & Formation | Investissement - LMP | Achat - Vente Ehpad
Avez vous la bonne MUTUELLE SENIOR?
Réduisez le cout de votre mutuelle !
En savoir +

Les déserts médicaux sont-ils des déserts diagnostiques ?

Roche Diagnostics France publie la première étude de géographie de santé publique sur le rôle de la biologie délocalisée dans la lutte contre les déserts médicaux.

Publié le 10 octobre 2023

Dans un contexte les déserts médicaux persistent et compromettent l'accès aux soins pour des millions de personnes en France, cette étude inédite commandée par Roche Diagnostics France au cabinet de conseil Spin & Strategy explore le potentiel de la biologie délocalisée, également appelée biologie « hors les murs », dans l'amélioration de l'accès au diagnostic médical. L'ouverture de la biologie médicale hors les murs, sous contrôle d'un laboratoire agréé, aux maisons de santé pluridisciplinaires, aux EHPAD ou aux entreprises de taille intermédiaire (ETI), pourrait réduire de plus de la moitié la population non-couverte par le réseau de diagnostic médical.

Améliorer la connaissance des inégalités territoriales de santé et se projeter dans des solutions pérennes « hors les murs »

Cette étude relève le défi d'améliorer la connaissance des inégalités territoriales de santé, en complétant les études existantes de la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques) par une analyse géographique de l'accès aux réseaux de diagnostic médical (laboratoires de biologie médicale et infirmières). À partir d'un état des lieux de l'accessibilité locale au diagnostic médical en France, la seconde partie de l'étude réalise une série de projection d'une offre « augmentée » par des nouveaux points d'accès « hors les murs » des examens de biologie médicale délocalisée (EBMD). L'étude cherche ainsi à évaluer comment cette approche novatrice pourrait modifier la géographie actuelle des déserts médicaux en prenant en compte des points de soins au plus près des populations d'un bassin de vie : maisons de santé, EHPAD, pharmacies d'officine, entreprises.

Le diagnostic médical, un aspect méconnu de la crise des déserts médicaux

Les déserts médicaux, ces territoires où l'accès aux services de santé essentiels est limité voire inexistant, constituent une problématique de santé publique d'une ampleur préoccupante. Ces zones, souvent situées dans des régions rurales ou périurbaines, se caractérisent par un manque criant de professionnels de santé, de structures médicales et d'infrastructures hospitalières adéquates. Cette situation entrave l'accès des habitants à des soins de qualité, laissant des millions de personnes dépourvues de services médicaux essentiels tels que les consultations régulières, les interventions chirurgicales, les traitements spécialisés ou le dépistage.

Les habitants de ces zones sont souvent confrontés à des temps d'attente et des coûts de déplacement excessivement élevés pour des soins médicaux courants. Ce manque d'accès à l'offre de soins de premier recours (médecin généraliste, pharmacie d'officine, service hospitalier d'urgences mais aussi laboratoire de biologie médicale) compromet quotidiennement la détection précoce et le traitement des maladies, augmentant le risque de complications graves voire mortelles. Cette situation a un impact disproportionné sur les populations vulnérables, notamment les personnes âgées et les enfants, qui accèdent plus difficilement aux soins nécessaires en raison de ces contraintes.

12,1% de la population française n'a aucun accès à un laboratoire d'analyses médicales.

L'étude Roche Diagnostics France dresse un état des lieux inédit du réseau de diagnostic médical existant en France. Environ 12,1% de la population française métropolitaine, soit 7,8 millions d'habitants, n'a aucun accès à un laboratoire d'analyses médicales en ville, à l'hôpital ou dans un plateau technique. En France métropolitaine, les 4 déciles les moins bien lotis représentent quelque 27,3% de la population. Cette concentration des zones sous-dotées en matière de diagnostic quantifie les fortes inégalités territoriales d'accès aux soins de premier recours.

En appliquant la méthodologie de la DRESS pour les déserts médicaux, l'étude a mesuré la densité rapportée à la population et la distance du laboratoire le plus proche de chaque commune pour en évaluer l'accessibilité. Les résultats révèlent l'existence de zones de

« désert diagnostique », où les populations doivent parcourir plus de 25 kilomètres pour bénéficier de services de diagnostic médical appropriés.

La biologie délocalisée, une solution pour réduire fortement les inégalités territoriales de santé en France

En envisageant l'ouverture de la biologie médicale « hors les murs » vers les maisons de santé pluridisciplinaires, les EHPAD et les pharmacies d'officine, l'étude montre des perspectives encourageantes pour améliorer l'accès aux soins diagnostiques sur l'ensemble du territoire.

La biologie délocalisée vise à étendre l'accès aux services de diagnostic médical en dehors des structures traditionnelles, c'est-à-dire les laboratoires d'analyses médicales en ville ou à l'hôpital. Les examens de biologie délocalisée (EBMD) seraient donc réalisés dans des lieux plus proches des patients comme les maisons de santé pluridisciplinaires, les EHPAD, les pharmacies d'officine, ou d'autres structures de soins de proximité.

Une réduction possible de plus de la moitié des populations non-couvertes.


Selon les différentes simulations réalisées dans l’étude, l’extension de la biologie délocalisée « hors les murs » (sous le contrôle d’un laboratoire agréé) dans d’autres lieux pourrait réduire de manière spectaculaire la population non-couverte par l’accès au diagnostic médical. Elle serait divisée par 2,13 dans la projection à l’ensemble des 2.214 maisons de santé et divisée par 13 dans la projection aux 7.129 EHPAD – correspondant ainsi à une accessibilité universelle de la population française. Plus précisément, cette expansion du réseau de diagnostic médical permettrait de passer de 12,1% de la population vivant dans un désert diagnostique à 5,6% si l'on associe les laboratoires aux maisons de santé pluridisciplinaires, 6,5% avec les entreprises (ETI et GE), et surtout 0,9% avec les EHPAD.

« L’accès au soin équitable pour chaque patient doit être la priorité de tous les acteurs de santé. Mettre en œuvre des solutions innovantes visant à renforcer la santé des populations, quel que soit leur lieu de résidence, est une des missions mise en œuvre par Roche Diagnostics France » souligne Vanessa Dubus-bonnet, porte-parole de Roche Diagnostics France.



L'Eure-et-Loir, exemple emblématique de l'ampleur du désert médical et diagnostique en france

L'étude met notamment en évidence la situation spécifique de l’Eure-et-Loir, caractérisée par de nombreuses zones sous-dotées en médecine de ville. La cartographie de la DREES situe la quasi-totalité des territoires de vie-santé (TVS) du département en zones d’intervention prioritaire (ZIP) pour l’accès aux médecins généralistes (inférieure à 2,5 consultations par an et par habitant) à l’exception de l’agglomération de Chartres.

La confrontation avec la géographie du diagnostic médical démontre l’effet cumulatif des inégalités territoriales de santé en Eure-et-Loir puisque 9 TVS en zone rouge pour la médecine de ville n’ont aucun laboratoire de biologie médicale. Cette accessibilité s’améliore dans le cas d’une ouverture d’unités de biologie délocalisés dans l’ensemble des EHPAD du département : il ne resterait plus que 3 territoires de vie-santé, très peu peuplés, sans accès au diagnostic médical.

A propos de l’étude de géographie de santé publique

Réalisée en octobre-novembre 2022 avec une actualisation des données de la statistique publique en janvier 2023, l’étude consiste à appliquer la méthodologie de l’INSEE sur l’accessibilité aux services publics de proximité et celle de la DREES sur les déserts médicaux à l’offre de diagnostic médical, composée de laboratoires (en ville et à l’hôpital) et d’infirmières (en ville et à l’hôpital).

– Protocole d’étude –

Constitution d’un corpus de jeu de données de la DREES sur les territoires de vie- santé (rapport 2021 sur les déserts médicaux) et consolidation des bases de données FINESS/SIRET des réseaux de soins diagnostiques (laboratoires de biologie en ville, plateaux techniques à l’hôpital et en ville) et des sites ciblés pour la biologie délocalisée (pharmacies d’officine, maisons de santé, EHPAD, entreprises de taille intermédiaire dotée d’un service de santé au travail).

– Réalisation d’un atlas géographique de l’accès aux soins diagnostiques – Une carte du réseau de diagnostic médical (laboratoire, plateau technique,

infirmière libérale) réalisée à la maille communale et TVS, avec calcul d’indicateurs d’accessibilité.

Une série de cartes de projections sur le réseau de diagnostic médical « augmenté » par une implantation d’unités de prélèvement avec plusieurs simulations (maisons de santé départementales et intercommunales, entreprises +250 salariés…) à la maille communale et TVS.

Réalisation des calculs de couverture de la population par les différentes simulations de réseau de diagnostic médical « augmenté » par la biologie délocalisée sur une hypothèse théorique de parité LBM-EBMD (maisons de santé, EHPAD, entreprises.



Actualité Pro


Espace dédié aux professionnels de l'univers des maisons de retraite, des résidences avec services pour seniors et des services à la personne âgée. Le rendez vous des prestataires et fournisseurs de ce secteur : services, produits, emploi, financement ...

Besoin d'informations ?

Un conseiller vous recontacte gratuitement




© Australis 2024 - Tous droits réservés.  //  Gestion des cookies