Interview M. Pierre-Yves CHAMLA, Président de BIEN A LA MAISON, organisme privé d'aide à domicile

Maintien à domicile : enjeux et perspectives du secteur.

Publié le 24 avril 2013
Interview M. Pierre-Yves CHAMLA, Président de BIEN A LA MAISON, organisme privé d'aide à domicile


Capgeris

Vous avez récemment adressé une lettre ouverte au gouvernement, à l’attention des ministres déléguées, Mesdames Michèle Delaunay, en charge des Personnes âgées et de l’Autonomie et Marie-Arlette Carlotti, chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion.

Pouvez-vous nous résumer le contexte dans lequel s’inscrit votre démarche ?

Pierre-Yves CHAMLA

En tant qu’un des référents de l’accompa-gnement à domicile des personnes dépendantes à travers un maillage de tout le territoire national, nous souhaitons apporter notre contribution à faire évoluer les politiques publiques liées à la dépendance vers plus d’efficacité avec une réponse claire pour les personnes dépendantes et leurs familles.
En effet, de plus en plus de français seront confrontés à la problématique de la dépendance pour eux-mêmes ou leurs proches.
Nous considérons que l’ensemble des acteurs publics comme privés doivent faire preuve de transparence aussi bien en ce qui concerne l’utilisation des sommes allouées que pour les prix pratiqués.
De surcroît, tous les acteurs doivent assurer leurs responsabilités avec rigueur et exigence, qu’il s’agisse du contrôle du respect qualité/prix des prestations, du professionnalisme des aidants et de la traçabilité des aides distribuées aux familles.

Capgeris

Comment envisagez-vous la réforme de la dépendance ?


- Quelles sont vos attentes, plus particulièrement pour le secteur des services à la personne ?

Pierre-Yves CHAMLA

C’est une réforme de société nécessaire et importante dont nous saluons l’initiative.
Nos attentes résident dans les fondamentaux précédemment cités mais aussi dans la prévention et l’accompagnement des familles et des aidants professionnels à aider les personnes fragilisées.
Nous avons également besoin d’une professionnalisation du secteur de l’aide aux personnes âgées et handicapées qui ne sera possible qu’à travers une transparence et une responsabilisation accrues des acteurs du secteur.

Capgeris

- Quelles sont vos craintes ?

Pierre-Yves CHAMLA

Une législation alourdie par de nouvelles normes.
A l’heure où plus de 75 % des français pensent qu’il faut favoriser le maintien à domicile, je redoute une trop forte accentuation sur l’habitat collectif alors que la personne âgée souhaite garder son cadre de vie.
Ainsi, nous souhaitons que soient mis en place les moyens de professionnaliser les aidants pour accompagner efficacement les personnes fragilisées.
C’est un vrai métier requérant savoir-faire et savoir-être.

Capgeris

Dans le cadre de la préparation du futur projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement, trois rapports Aquino, Broussy et Pinville, ont été remis récemment au Premier ministre

- Comment percevez-vous ces rapports et que pensez-vous des principales conclusions ?

Pierre-Yves CHAMLA

Ils posent certains jalons comme le statut et droits des grand-parents ainsi que l’adaptation de notre système de santé vers un rapprochement des différents acteurs.
Cependant, ils ne font pas encore assez le lien avec l’ensemble des acteurs paramédicaux ou de service.
A mon sens, un accompagnement global et adapté ne peut être envisagé sans une mutualisation des compétences des acteurs de terrain.

Capgeris

- Pensez-vous qu’en raison du contexte de crise actuelle que nous traversons, la réforme de la dépendance a des chances effectives d’aboutir et à quelle échéance ?

Pierre-Yves CHAMLA

Oui, c’est une véritable préoccupation pour les français.
1/3 des français auront plus de 60 ans en 2035 dont 1,7 million seront dépendants, chacun est donc concerné.
D’autant plus que les dépenses pour la dépendance atteignent déjà 35 milliards d’euros; le secteur de la dépendance à domicile est un puissant levier d’emplois et de développement de nouvelles filières économiques.

Capgeris

Vous interpellez le gouvernement sur le problème de la transparence des acteurs du secteur. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

Pierre-Yves CHAMLA

La réforme de la dépendance doit engager les Pouvoirs Publics pour contrôler et comparer les organismes sur le rapport entre le prix pratiqué et la qualité du contenu des prestations fournies.

Le système actuel ne permet pas aux personnes aidées d’avoir une vision claire sur les tarifs pratiqués.
Beaucoup d’organismes ne sont pas certifiés et ne font aucun bilan social, financier ou opérationnel précis.
Ce système est opaque pour les bénéficiaires et leurs familles qui ne savent pas déterminer facilement les organismes de qualité.

Il faut désormais sortir du clivage public / privé qui n’a aucune raison d’être…
Les structures de maintien à domicile n’ont pas vocation à se substituer aux institutions publiques, bien au contraire.
Nous travaillons en étroite collaboration avec ces instances et une homogénéisation des pratiques ne pourrait qu’être bénéfique pour les personnes que nous accompagnons au quotidien.

A ceci s’ajoute également les différences inhérentes au lieu de résidences des personnes.
En effet, les directives départementales ne permettent pas une « égalité de prise en charge » face à la dépendance.

Capgeris

Vous présidez l’entreprise d'aide à domicile pour personnes âgées et handicapées Bien à la Maison.


- Pouvez-vous nous la présenter ?

Pierre-Yves CHAMLA

Bien à la Maison a été créé en 2006 avec l’objectif d’offrir des solutions innovantes d’aide et de maintien à domicile aux personnes en situation de dépendance.
Nous proposons un service sur-mesure adaptable selon les besoins de chacun car nous pensons que c’est chez soi que l’on peut le mieux maintenir voire reconquérir de l’autonomie.
Après avoir ouvert notre première agence en province en 2009 à Aix-en-Provence, nous comptons aujourd’hui 21 agences sur l’ensemble du territoire et nous prévoyons l’ouverture de 10 nouvelles agences d’ici la fin 2013.

Capgeris

- En quoi votre entreprise se distingue-t-elle des autres opérateurs intervenant sur ce secteur d’activité ?

Pierre-Yves CHAMLA

Bien à la Maison se distingue par son approche professionnelle et novatrice fondée sur l’idée de proximité.
Parce que travailler auprès de personnes en situation de perte d’autonomie due à l’âge, à la maladie ou à un handicap, requiert chez les aidants professionnels un professionnalisme en tous points, notre mode de recrutement est très exigeant.
Nous nous assurons de la qualité de l’aide à domicile distillée par les aidants-professionnels par la mise en place de méthodes de gestion et de management rigoureuses et transparentes.

Nous avons également mis en place des formations et des perfectionnements pour l’ensemble de notre personnel.
Cette philosophie se traduit également par une organisation de proximité locale et de terrain afin d’assurer des services de qualité.
Nous travaillons ainsi en étroite collaboration avec les acteurs locaux du secteur (mairies, CCAS, Conseils Généraux et Régionaux, associations, établissements hospitaliers, professions médicales, paramédicales et sociales) et par la création d’agences en province afin de répondre au mieux aux besoins des personnes dépendantes.

Enfin, nous militons pour la bientraitance des personnes en situation de dépendance via l’Association BALM 1901 qui nous a, par exemple, fait introduire dans le cahier de liaison de l’entreprise des rubriques qui prennent en compte l’usager dans ses spécificités (ses goûts et ses préférences afin d’éviter une maltraitance par omission et oubli).

Capgeris

- Quels sont ses points forts et spécificités ?

Pierre-Yves CHAMLA

Nos points forts résident dans notre spécialité à assurer les sorties d’hôpitaux ou de cliniques le week-end et de mettre en place pour le reste de nos prestations des équipes formées à nos cœurs de métier.
De plus les tarifs pratiqués s’ajustent au plus près des possibilités des Conseils Généraux.

Chaque prestation est précédée d’une évaluation à domicile où nos collaborateurs et travailleurs sociaux accompagnent les personnes dans les demandes d’aide les plus en adéquation avec leurs situations singulières.

Capgeris

Qu’est-ce que l’association BALM 1901, Association Nationale pour la Bientraitance, et quel est son lien avec votre organisme d’aide à domicile ?

Pierre-Yves CHAMLA

BALM 1901 est une association à but non lucratif, elle fonctionne comme le font les grandes fondations à côté des groupes privés qui les financent.
Son rôle est d’être au service des Délégations Départementales et Régionales pour apporter une vigilance et une veille éthique sur l’évolution de nos métiers.
L’objectif de l’association est la diffusion des bonnes pratiques de la bientraitance pour faire évoluer nos bénéficiaires de la dépendance vers l’autonomie personnelle aussi souvent que possible.

BALM 1901, sous l’impulsion de son délégué général, Jean Pierre Joly, est également un outil de réflexion et d’échanges sur la question de la bientraitance entre les décideurs, les structures d’accueil pour personnes âgées ou handicapées et des acteurs de l’aide à domicile afin de répondre au mieux aux exigences des familles et des bénéficiaires.
Le but étant de passer de la prise en charge financière du dossier à la prise en compte sociale de la personne.

BALM 1901 et Bien à la maison se nourrissent l’un de l’autre ; en résumé, BALM 1901 se préoccupe de l’éthique de la bientraitance et impulse des bonnes pratiques qui sont mises en œuvre opérationnellement par Bien à la Maison.


Capgeris


En ce qui concerne le secteur de l’aide à domicile, nous souhaiterions avoir votre point de vue sur :


- La place du maintien et de l’aide à domicile, dans les possibilités d’accompagnement des personnes âgées

Pierre-Yves CHAMLA

Elle est primordiale sachant que 75% des personnes souhaitent rester à leur domicile.
Il est donc nécessaire que tous les acteurs conjuguent leurs efforts dans ce sens.

Ces nouvelles instances vont également permettre de questionner les financements inhérents aux deux principales aides financières intervenant au titre de la dépendance :

  • l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie)
  • et la PCH (Prestation de Compensation du Handicap).

En effet, les différences budgétaires ne peuvent plus être éludées face aux recommandations et aux besoins croissants des usagers.

Le maintien à domicile est un choix personnel qu’il faut accompagner au mieux en fonction des spécificités de chaque situation.
Notre but est de le rendre accessible à toute personne souhaitant en relever dans la limite de son état de santé…
En effet, des contre indications thérapeutiques et notamment la nécessité d’une surveillance constante ne sont malheureusement pas possible au titre de l’APA.

Sont également à prendre en compte les restes à charges incombant aux bénéficiaires, calculés en fonctions de leurs ressources.

Enfin, les places dans les établissements d’accueil étant limitées, nous souhaitons la création de Maisons de l’Autonomie qui permettront de regrouper toutes les personnes travaillant pour le bien des personnes en situation de dépendance.

Capgeris

- L’avenir et les perspectives d’évolution de ce secteur ?

Pierre-Yves CHAMLA

Nous sommes dans une société qui évolue.
La perte d’autonomie n’est plus une fatalité et les différents moyens humains et techniques vont permettre d’accompagner les personnes dépendantes vers plus d’autonomie.

Le grand défi, c’est celui du recrutement et de la formation des aidants professionnels.
L’ensemble de la filière doit parvenir à valoriser ces métiers pour les rendre attractifs et fidéliser les intervenants.

L’aide à domicile représente également un important vivier d’emplois car les besoins à venir en termes de recrutement seront majeurs.
Néanmoins, cette évolution ne sera possible qu’à travers le prisme de la professionnalisation et de la valorisation du métier d’aidant professionnel qui requiert un important savoir-être et savoir-faire.

 

ZOOM sur BIEN À LA MAISON

Créée en 2006 par Pierre-Yves Chamla, Bien à La Maison est un organisme privé qui offre des solutions innovantes d’aide et de maintien à domicile pour les personnes dépendantes.
L’organisme souhaite démontrer que c’est chez soi que l’on peut le mieux maintenir voire reconquérir de l’autonomie.
Riche de ses 1 450 salariés aidants professionnels et 150 collaborateurs d’encadrement, Bien à La Maison offre des prestations sur mesure 24h/24 et 7j/7 à plus de 4 000 bénéficiaires dans la quasi-totalité des régions de France.
Certifiée Qualicert, label d’excellence dans la profession, Bien à La Maison est aujourd’hui un acteur national majeur du secteur de l’aide à domicile.

 

 


Interviews


Interviews au cœur des maisons de retraite

Demande de documentation

Recevez une documentation sur les possibilités de location ou achat en résidence senior.

Conditions d'utilisation

Ces informations sont nécessaires à notre société pour traiter votre demande. Elles sont enregistrées dans notre fichier de clients et peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès et de rectification auprès de notre service clientèle (cf mentions légales en bas de page).



© Australis 2019 - Tous droits réservés.
FERMER