Interview de Thérèse Clerc, un projet de maison de retraite innovant

A presque 80 ans Mme Clerc lance un nouveau concept de maison de retraite à 100% pour les femmes !

Publié le 17 février 2016
Interview de Thérèse Clerc, un projet de maison de retraite innovant

Capgeris

Madame Clerc, à bientôt 80 ans, vous venez de mettre en place un concept original : La maison des Babayagas. En quoi consiste cet établissement ?

Thérèse Clerc

Beaucoup de personnes désignent la maison des Babayagas comme une maison de retraite ce qui me fait dresser les cheveux sur la tête ! En réalité, il s'agit d'une maison de vie.
Certes nous accueillerons ici des femmes retraitées, souvent veuves, et pour qui la solitude devient difficile, mais notre établissement s'éloigne beaucoup des concepts tristes et peu attrayants des MAPAD ou EHPAD.
Au contraire, nous voulons montrer que la vieillesse n'est pas une maladie et que les « vieux » eux aussi ont leur mot à dire.

Capgeris

Comment fonctionnera cet établissement ?

Thérèse Clerc

Il s'agit d'un immeuble composé de 19 studios de 35 m², tous munis d'une cuisine, douche et WC. Un espace commun de 200 m² est également prévu pour les activités, telles que le soutien scolaire, les cours collectifs, etc. Un spa pouvant accueillir une douzaine de personnes va même être construit.


La maison sera située à Montreuil juste derrière la Maison des Femmes* et sera fondée sur quatre piliers fondamentaux que sont :

  • l'autogestion
  • la solidarité
  • la citoyenneté
  • et l'écologie


Bien sûr seules des femmes pourront y vivre.

Capgeris

Les hommes y seront donc interdits d'accès ?

Thérèse Clerc

Disons plutôt qu'ils ne pourront pas y vivre. Mais nous pensons créer bientôt une nouvelle association nommée les Amis des Babayagas qui sera ouverte à tous.
Néanmoins s'il arrivait à une pensionnaire de vouloir se mettre en couple, il lui faudrait laisser son appartement et rechercher un nouveau logement sur le champ

Capgeris

Pouvez-vous nous en dire plus sur les quatre piliers ?

Thérèse Clerc

Bien sûr ! Il s'agit des principes élémentaires de notre maison. C'est d'ailleurs ce qui en fait son originalité et la différencie des établissements classiques.
Tout d'abord notre maison sera AUTOGEREE c'est-à-dire que nous ne voulons pas de directrice. Nous gèrerons donc tout toutes seules, qu'il s'agisse des finances comme du planning ou autre.

Ensuite nous serons SOLIDAIRES les unes les autres. En effet, beaucoup vivent selon le minimum vieillesse. Après avoir éduquer leurs enfants pendant des années sans un travail salarié, il ne leur reste plus aujourd'hui qu'une faible pension. C'est pourquoi nous nous aiderons financièrement.

Nous serons également solidaires par le corps. Si l'une d'entre nous a du mal a effectuer seule les gestes du quotidien, nous serons là pour l'accompagner. Néanmoins ce principe exclut d'emblée toutes maladies neurologiques qui nécessitent une véritable prise en charge médicale et qui serait trop compliquées pour nous à gérer.

Le principe de CITOYENNETE est également primordial. Les femmes et féministes que nous sommes doivent pouvoir s'exprimer et créer un rapport de force face à la politique. L'Histoire n'est pas finie et nous pouvons encore sauver le monde. En innovant nous espérons ainsi nous faire entendre.

Pour finir le quatrième pilier est l'ECOLOGIE. Dans un monde où chacun consomme sans fin, il est important de prendre conscience de la fragilité de notre planète. Aussi, nous vivrons comme des consommatrices éclairées, en économisant l'énergie au maximum, grâce à l'utilisation de capteurs solaires, de biobriques, en récupérant les eaux usées, en faisant attention à nos déchets, etc.

Capgeris

C'est une véritable philosophie de vie que vous nous décrivez là. Quelle place accordez-vous à la connaissance et au savoir ?

Thérèse Clerc

La plus grande des places. C'est d'ailleurs pour cette raison que conjointement à la Maison des Femmes*, nous avons élaboré une Université du Savoir des Vieux.
En faisant venir des professeurs et intellectuelles, nous étudierons ainsi l'anthropologie (pour la première fois de l'Histoire, les femmes ont une période féconde supérieure à leur période non féconde), la sociologie (la nouvelle classe des 80/100 ans, les professions qui maintiennent le plus longtemps en vie ...), l'économie, le droit (la retraite, la maltraitance, le droit à être euthanasiées), etc.

Capgeris

Mais d'où vous sont venues toutes ces idées ?

Thérèse Clerc

Mes convictions féministes me viennent de 1968, année pendant laquelle je me suis détachée d'une vie de couple sans intérêt et où j'ai affirmé mes idées. C'est à partir de là que j'ai commencé à participer à des groupes de paroles de femmes, ai étudié les discours féministes, etc.

La Maison des Babayagas est donc un aboutissement de mes réflexions sur la Femme et la place qu'on lui a donnée depuis toujours.
Après m'être occupée pendant longtemps de mes enfants puis de ma mère grabataire, je ne voulais pas que mes enfants aient à subir ce que j'avais moi-même vécu. C'est à ce moment que m'est venue l'idée de construire un établissement totalement autogéré et qui libèrerait les enfants du poids de la vieillesse de leurs proches.

Avec deux amies nous avons donc commencé à travailler.
Le projet a mis 10 ans à aboutir. Car même si le maire de Montreuil trouvait le concept génial, il nous a fallu attendre l'hécatombe de 2003 pour que les pouvoirs publics se décident enfin à nous porter main forte.
Aujourd'hui je peux annoncer avec fierté l'ouverture de la maison des Babayagas pour printemps 2008.

Capgeris

La Maison ouvrira donc dans deux ans, pourtant vous recevez déjà un nombre important de demandes. Comment sélectionnez-vous les candidates ?

Thérèse Clerc

Nous prêtons beaucoup d'importance à leur parcours et à leur engagement pour les femmes. Après avoir rempli un bulletin d'adhésion nous envoyons ensuite aux candidates une invitation. Chaque mois nous organisons un repas au cours duquel les futures pensionnaires font connaissance entre elles et voient si le climat leur donne envie de continuer. Des colonies de vacances pour vieilles nous permettent également de tisser des liens.

Capgeris

Et votre liste, est-elle déjà complète ?

Thérèse Clerc

Heureusement non. Nous prenons notre temps pour cela.

Capgeris

Vous avez déposez le nom de Maison des Babayagas à l'INPI. Que signifie le mot « Babayagas » et pourquoi l'avoir protégé ?

Thérèse Clerc

Ce nom est issu d'un compte populaire mettant en scène une vieille sorcière russe qui habitait au bout de la forêt et que les enfants venaient visiter pour obtenir des confiseries. Elle les transformait en pain d'épices quand ils lui en dérobaient. Babayaga est donc une passeuse, un guide vers un chemin initiatique.
Les raisons pour lesquelles nous avons déposé la Maison des Babayagas à l'INPI résident dans le respect des quatre piliers qui fondent la Maison.
De plus en plus de Maisons des Babayagas se développent aujourd'hui, et nous ne voulons pas que ce concept tombe aux mains des politiques ou de la médecine.




* Thérèse Clerc est également à la tête d'une association réservée aux femmes : La Maison des Femmes de Montreuil où elle propose des ateliers de théâtre, de sport, de peinture, sculpture, des cours de Français, d'Anglais, d'alphabétisation, etc ainsi qu'un soutien moral et une aide à l'insertion aux femmes issues de l'immigration.




Interviews


Interviews au cœur des maisons de retraite

Demande de documentation

Recevez une documentation sur les possibilités de location ou achat en résidence senior.

Conditions d'utilisation

Ces informations sont nécessaires à notre société pour traiter votre demande. Elles sont enregistrées dans notre fichier de clients et peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès et de rectification auprès de notre service clientèle (cf mention légales en bas de page).



© Australis 2019 - Tous droits réservés.
FERMER