Interview de M. GRIVET, Directeur Général Crédit Agricole Assurances & Predica

Petit tour d'horizon : Cogedim, fusion Korian Medica, assurance dépendance, aidants, e-santé...

Publié le 02 mai 2014
Interview de M. GRIVET, Directeur Général  Crédit Agricole Assurances & Predica



L'actualité nous amène à vous interroger à deux titres :

  • actualité relative, d'abord, à la cible de nos sites dédiés aux personnes âgées et aux seniors - notre portail capgeris.com et notre site vertical orienté sur le logement des seniors, capresidencesseniors.com - avec notamment le projet de loi sur l'adaptation de la société au vieillissement de la population française et l'assurance dépendance ;

  • actualité relative, ensuite, à l'engagement de Crédit Agricole Assurances sur des secteurs couvrant notre cible.

La Rédaction

Crédit Agricole Assurances a récemment pris une participation dans COGEDIM et s'intéresse notamment au concept de Résidences pour Seniors COGEDIM Club.
Pouvez-vous nous en dire plus ?

Jérôme GRIVET

Stratégiquement, Crédit Agricole Assurances a toujours considéré les secteurs du médical et du médico-social comme des domaines d'investissement intéressants.
Notre prise de participation dans KORIAN, et précédemment dans RAMSAY SANTE, ou encore notre investissement dans les murs de cliniques ou EHPAD, via ICADE SANTE ou encore GECIMED en attestent.

Aujourd'hui Crédit Agricole Assurances s'engage dans le secteur des Résidences Services Seniors.
Cela fait quelques temps que nous nous y intéressons et le concept des résidences Cogedim Club a retenu notre attention, car utile et modernisé eu égard à des concepts plus anciens tels que Les Hespérides.
Le modèle économique de petite structure d'exploitation assez légère avec la possibilité d'opérations unitaires, dans lesquelles des investisseurs ou des particuliers peuvent investir, nous a séduit.

Nous envisageons par ailleurs d'investir nous-mêmes dans des blocs de logements et donc dans les murs de résidences Cogedim gérées par Cogedim Club.

Nous sommes ainsi présent dans toute la chaîne de valeur du secteur médical et médico-social.

En tant qu'assureur, nous nous intéressons, d'une part, aux produits et services susceptibles d'apporter des réponses aux problèmes de vieillissement, de dépendance et de santé de nos assurés et, d'autre part, à la réalisation de placements des capitaux dans des produits financiers ou de l'immobilier.

La Rédaction

En ce qui concerne votre présence au capital du nouveau leader européen KORIAN / MEDICA quelle a été votre démarche ?

Jérôme GRIVET

Crédit Agricole Assurances était déjà présent dans les deux groupes donc il n'y a pas eu de renforcement de notre présence à proprement parler.
Aujourd'hui nous sommes le 1er actionnaire du leader européen avec 20,4% du capital de ce nouvel ensemble.

En ce qui concerne KORIAN, nous accompagnons sa croissance depuis plus de 10 ans.
Nous avons ainsi suivi son évolution du stade de challenger régional de maisons de retraite vers celui de leader du marché européen, au gré de diverses opérations de rapprochement et acquisition !

Pour MEDICA, nous sommes intervenus lors de son entrée en bourse et à la faveur du désengagement de BC Partners.

Nous avons par la suite encouragé la réflexion des deux groupes dans l'optique de leur rapprochement.

La Rédaction

Avec votre entrée au capital de ces deux géants, KORIAN / MEDICA, d'une part, COGEDIM, de l'autre, bénéficiez-vous de places préférentiellement réservées à vos assurés ?

Jérôme GRIVET

Pour le moment, nous n'avons rien prévu en ce sens avec COGEDIM.

Avec KORIAN / MEDICA en revanche, nous disposons d'un dispositif à double détente grâce au pont que nous avons créé avec le groupe :

  • Dans le cadre du volet « répit aidant » de notre offre assurance dépendance, l'aidant bénéficie d'un montant de 1 000 € par an pour des prestations de répit, y compris de l'hébergement temporaire de l'aidé au sein d'une résidence du groupe ;

  • D'autre part, nous apportons une aide directement aux aidés avec un accès privilégié aux dispositifs KORIAN / MEDICA.

La Rédaction

Assurance dépendance et perte autonomie :

  • On entend parler du 5ème risque depuis plusieurs années déjà, mais les choses ne semblent pas bouger. Où en est-on aujourd'hui ?
  • Pouvez-vous nous présenter l'offre de Crédit Agricole Assurances en la matière ?

Jérôme GRIVET

Ce marché a déjà 10 ans.
Il convient de souligner que la problématique des assureurs n'est pas la même que celle des Pouvoirs Publics qui sont confrontés à du court et moyen terme en matière de prise en charge [voir par exemple le problème du financement de l'APA (Allocation Personnalisée d'Autonomie)].
Crédit Agricole Assurances répond pour sa part au problème de personnes aujourd'hui en bonne santé et qui pourraient être un jour dépendantes dans une échéance à long terme.

Crédit Agricole Assurances est déjà engagé dans la voie de l'assurance dépendance : nous disposons à ce jour d'environ 200 000 polices réelles et nous proposons une vraie garantie dépendance.

En effet, cette garantie est encore souvent offerte « en inclusion » dans d'autres produits d'assurance, parfois gratuites, mais Crédit Agricole Assurances a mis en place une offre spécifique qui répond aux critères du label GAD Assurance Dépendance® de la FFSA.

Par ailleurs, la difficulté avec l'assurance dépendance est qu'il s'agit de produits très longs : la moyenne d'âge de souscription est de 55 ans pour des personnes dont le risque pourrait survenir à 85 ans environ, soit 30 ans plus tard.
A ce jour, nous avons très peu de risques réalisés et chaque année, les nouveaux contrats vendus se rajoutent à notre portefeuille. L'effet de montée en puissance dans la durée est très significatif et ce marché va progressivement croître.
Crédit Agricole Assurances a mis en place un système de veille en ce qui concerne les statistiques, les tables de mortalité et d'invalidité... et nous suivons leur évolution avec attention.
En outre, nous réévaluons notre offre tous les ans, en fonction des quelques sinistres que nous avons et de notre analyse du marché afin de nous assurer que nous restons bien provisionnés.

Ainsi, en 2014, nous avons modernisé notre offre.

En début d'année, nous avons mis en place un produit « entrée de gamme » pour la couverture du risque dépendance lourde uniquement (à savoir, l'impossibilité pour la personne d'effectuer 4 à 5 actes essentiels de la vie quotidienne) , dont la rente est fixée à 500 € par mois

Le deuxième niveau de notre offre Vers l'autonomie est assez couvrante et propose deux niveaux de protection : dépendance lourde, mais aussi dépendance partielle (impossibilité pour la personne d'effectuer 2 à 3 actes essentiels de la vie quotidienne).
Cette offre propose une demi-rente en cas de survenance de dépendance légère, et une rente complète si la dépendance est lourde.

Bien entendu, on pourrait envisager d'augmenter la rente, en augmentant la prime.

Le 1er niveau de notre offre a toutefois été calculé sur la base des pensions de retraite moyennes des Français, du coût moyen de la place en EHPAD et du montant moyen de la subvention type APA.
Ce 1er niveau est susceptible de couvrir le reste à charge.

La Rédaction

Pouvez-vous nous présenter l'offre Assurance Obsèques de Crédit Agricole Assurances ?

Jérôme GRIVET

Cette garantie est plus ancienne et plus connue et le marché est plus développé.
Sur les 3.5 millions de garanties en vie à ce jour, Crédit Agricole Assurances en comptabilise près de 560 000 en portefeuille.
Nous sommes donc leader sur le marché français en nombre de contrats vendus et de cotisations détenues.

En matière d'Assurance Obsèques, il existe deux grandes catégories de contrats : le contrat sans rattachement à un réseau de prestataires et le contrat proposé par des opérateurs comme les Pompes Funèbres offrant une garantie en prestations.
Crédit Agricole Assurances propose un contrat en capital assorti du recueil des volontés du souscripteur, car nous pensons que cela est préférable à une garantie en nature. Il nous paraît difficile d'honorer un contrat en prestations le moment venu, en raison notamment de l'évolution des coûts ou du maillage territorial des prestataires.

Par ailleurs, la souscription à un Contrat Obsèques donne lieu à une prime unique ou à des primes périodiques.

La Rédaction

Nous souhaiterions aborder maintenant le sujet de l'engagement du Crédit Agricole Assurances envers les aidants ?

Jérôme GRIVET

Je passe la parole à ma collaboratrice, Mme Brigitte CACHON, qui pilote les activités du Crédit Agricole Assurances en la matière.

Brigitte CACHON

Crédit Agricole Assurances a choisi le domaine du mécénat et mis en place une action multi-formes comprenant notamment :

  • La mise en place d'un Appel à Projets annuel dédié au financement de projets d'associations venant en aide aux aidants, ce qui représente un budget de 1 million d'euros à ce jour, à raison de 300 000 € par an et environ 60 projets financés.

  • La sponsorisation d'un programme court tel que la Minute des Aidants, programme télévisé diffusé sur France 3 et destiné à mettre en valeur l'importance des aidants.

  • Le financement de cafés des aidants.

Enfin, le 22 mai prochain, nous organisons un colloque national aidants à l'université de Paris Dauphine sur le thème : « Regards sur la France qui aide. Ni victimes, ni héros : quelle aide pour les aidants ? ».

Nous avons confié à un sociologue le soin de décortiquer les 500 dossiers reçus en trois ans d'appel à projet afin d'en dégager les grands invariants et des lignes de fond pour pouvoir échanger ensuite avec des professionnels sur ces sujets.

Par ailleurs, au niveau de nos produits d'assurance, notre offre dépendance comprend un volet aidant qui prend en compte son besoin de répit.
Ainsi, nous proposons une formule « répit de l'aidant » pour lui permettre de « faire une pause », grâce à une prise en charge à hauteur de 1 000 € de prestations par an, laquelle peut également consister en de l'hébergement temporaire de l'aidé.

Eu égard à notre positionnement sur le web, nous avons mis en place un site Internet d'information et de prévention à l'attention de nos clientswww.i-dependance.fr
Le volet prévention intéresse autant les aidants que les aidés et permet à chacun d'évaluer son niveau de dépendance et de santé.
Cet outil est réservé aux souscripteurs.

La Rédaction

En ce qui concerne les Aidants Salariés du Crédit Agricole Assurances, quelle est votre politique ?

Brigitte CACHON

Sachant que l'on compte environ 8 millions d'aidants en France à ce jour, nous sommes parfaitement conscients que cette problématique touche également nos salariés.

Nous avons participé à l'élaboration d'un Guide Aidant Salarié, en collaboration avec des salariés volontaires confrontés à cette difficulté, le but étant de pouvoir dispenser des conseils pratiques.
Pour ce faire, nous avons choisi de partir d'un descriptif de ce qui existe à ce jour car nous constatons que beaucoup de salariés, lorsqu'ils deviennent aidants « malgré eux », ne savent pas à qui s'adresser ni quoi faire...

Nous réfléchissons parallèlement avec le DRH à une possibilité de « dons de RTT » de la part de salariés qui ne les utilisent pas au bénéficie de salariés aidants.

Enfin, nous testons depuis un mois la plateforme téléphonique Responsage http://www.responsage.com/ qui permet à un salarié-aidant de confier à la plateforme toutes les recherches de solutions appropriées pour la personne dont il est devenu l'aidant.
La plateforme est efficiente puisque chaque salarié-aidant reçoit une réponse écrite à sa requête, dans les 72 heures.
Le coût de la plateforme est assumé par l'entreprise, le service étant gratuit pour les salariés.
La plateforme Responsage s'est lancée avec des groupes tels que Danone et Bayard et est en train de s'élargir avec d'autres marques comme L'Oréal.
Crédit Agricole Assurances a choisi délibérément de s'orienter vers une solution multi-entreprises.
Nous prévoyons de généraliser le recours à la plateforme Responsage, actuellement déployée sur Paris, à l'ensemble des salariés du Crédit Agricole Assurances en 2015.

La Rédaction

Avez-vous des projets dans le domaine de l'adaptation du logement des seniors ?

Jérôme GRIVET

Notre contrat dépendance inclut le versement d'un capital pour l'aménagement de l'habitat en cas de survenance d'une situation de dépendance.

Sinon, le groupe Crédit Agricole réfléchit à des solutions bancaires spécifiquement dédiées pour ce faire.

La Rédaction

E-santé et objets connectés
Vous intéressez-vous à ce marché, en pleine effervescence, qui ne sera pas sans conséquences (directement ou indirectement) sur vos marchés ?

Jérôme GRIVET

A ce jour, nous sommes en phase d'observation du marché.

Nous réfléchissons notamment à un système de téléassistance au travers de notre filiale de télésurveillance CTCAM.




Interviews


Interviews au cœur des maisons de retraite

Demande de documentation

Recevez une documentation sur les possibilités de location ou achat en résidence senior.

Nom *
Prénom *
E-mail *
Téléphone *
Code postal de votre ville de résidence *
Ville recherchée *
Conditions d'utilisation

Ces informations sont nécessaires à notre société pour traiter votre demande. Elles sont enregistrées dans notre fichier de clients et peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès et de rectification auprès de notre service clientèle (cf mention légales en bas de page).



© Australis 2018 - Tous droits réservés.
FERMER