Espace pro

Enquête sur le thème du Handicap et de la dépendance en Haut-de-Seine


Mi-février, l’INSEE, en partenariat avec le Conseil général des Hauts-de-Seine, publie une enquête de 7 pages sur la mesure du handicap, de l’incapacité et de la dépendance dans le département
Enquête sur le thème du Handicap et de la dépendance en Haut-de-Seine

Mi-février, l'INSEE, en partenariat avec le Conseil général des Hauts-de-Seine, publie une enquête de 7 pages sur la mesure du handicap, de l'incapacité et de la dépendance dans le département : « Handicap, incapacité et dépendance dans les Hauts-de-Seine : une mosaïque de situations ».


Cette étude met en évidence les décalages entre le handicap, l'incapacité ou la dépendance tels qu'ils sont ressentis, tels qu'ils peuvent être identifiés dans les faits et tels qu'ils sont reconnus par les administrations compétentes. Elle permet également de dresser un état des lieux des difficultés les plus souvent rencontrées par ces personnes dans les gestes du quotidien.


Le handicap, l'incapacité et la dépendance recouvrent de multiples situations liées à leur nature, leur origine et leur gravité. Elles sont moins fréquentes dans les Hauts-de-Seine qu'en Ile-de-France ou en France métropolitaine.


Avant 60 ans, 1,3 % des Alto-Séquanais vivent une situation de handicap ou d'incapacité à la fois reconnue administrativement, ressentie par eux-mêmes et identifiée à travers les aides humaines ou techniques, après 60 ans ils sont 4,7% dans cette situation.

Le vieillissement, surtout après 75 ans, entraîne souvent la perte d'autonomie : plus d'un quart des 75 ans ou plus considèrent avoir un handicap (35% sont identifiées comme étant dépendantes mais seulement 13% vivent dans une situation de dépendance à la fois ressentie et identifiée)

Les déficiences se multiplient et gênent la vie quotidienne des personnes concernées. 36% des 60-74 ans et 71 % des plus de 75 ans avec une situation de dépendance au moins ressentie et identifiée connaissent de grosses difficultés pour faire leurs courses et pour sortir de chez elles (24 % des 60-75 ans et 50% des 75 ans et plus).


Le Conseil général des Hauts-de-Seine s'est associé à cette enquête, à hauteur de 215 000€, pour avoir des données représentatives au niveau départemental. Il s'agit pour le Conseil général d'être au plus près des Alto-Séquanais et de mieux connaitre les déficiences, les restrictions d'activités, les besoins et les attentes des personnes handicapées, mais également leur insertion sociale et professionnelle, leurs conditions de logement et de vie, leur santé... L'enquête étant extrêmement riche, d'autres études sont à venir et une prochaine publication sur les conditions de vie est prévue en 2010.

Le Conseil général des Hauts-de-Seine est le seul département francilien à s'être inscrit dans cette démarche. En France, seuls 5 départements ont eu la même initiative.



Les Hauts-de-Seine et le Handicap

Le Conseil général des Hauts-de-Seine mène de nombreuses actions en direction des personnes handicapées, que ce soit au titre de ses obligations légales ou de façon volontaire. Début janvier 2006, la Maison Départementale des Personnes Handicapées a ouvert ses portes au public et la Prestation de Compensation du Handicap est entrée en vigueur. Le Conseil général a signé avec une plate-forme interassociative le 24 octobre 2003, la Charte Département Handicap qui pérennise sa politique afin de faciliter l'intégration, et ce dès le plus jeune âge, des personnes handicapées. En 2009, le budget consacré aux personnes handicapées s'élève à 120,56 M€ contre 115,80 M€ en 2008, soit une augmentation de 4,29 %. La prise en compte du handicap constitue un enjeu social essentiel dans lequel le Conseil général est bien décidé à remplir pleinement sa mission.

  • La Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH)

Ses différentes missions s'articulent autour d'un même objectif : garantir à la personne handicapée le libre choix de son mode de vie. Ses missions : Accueillir, écouter et conseiller ; Apporter une aide personnalisée ; Favoriser l'insertion professionnelle ; Garantir la continuité des soins infirmiers ; Informer sur le handicap. Adresse : 2 rue Rigault à Nanterre.


  • La Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

La PCH est destinée à compenser les conséquences du handicap, afin de permettre à son bénéficiaire d'exercer au mieux sa citoyenneté, dans le respect de ses choix de vie. Elle couvre les besoins en aides humaines, techniques, animalières, aménagements du logement, du véhicule, charges spécifiques (traducteurs ou codeurs, frais paramédicaux non remboursés par l'assurance maladie...).

  • La Charte Département Handicap

Adoptée le 24 novembre 2003, la Charte Département Handicap a permis la mise en œuvre d'une politique volontariste. Elle s'impose comme un outil de travail pour favoriser les équilibres sociaux, promouvoir l'égalité des chances et ainsi améliorer le quotidien des personnes handicapées. Elle fut signée en partenariat avec la PIAPH 92, une plate-forme interassociative des personnes handicapées des Hauts-de-Seine. Afin de faciliter l'intégration des personnes handicapées au quotidien, et ce dès leur plus jeune âge, le Département a mis en œuvre plusieurs actions dans différents domaines, de façon volontaire :

  • La Petite Enfance :

Le Conseil général favorise l'insertion de personnes handicapées, dès leur plus jeune âge, dans les modes de garde, en subventionnant les crèches qui les accueillent. Le Département gère également deux jardins d'enfants adaptés. Par ailleurs, le service départemental de Protection Maternelle et Infantile (PMI) est à la disposition des parents dès l'annonce du handicap, pour les écouter, les informer, les aider à élaborer un projet de vie pour leur enfant, et le cas échéant accompagner son intégration en collectivité. Des médecins font l'objet d'une formation spéciale, afin de mieux intégrer la PMI dans les réseaux de dépistage et de soins du handicap.

  • L'Education :

La scolarisation des jeunes handicapés existe sous deux formes : l'intégration individuelle dans une classe ou l'intégration collective dans une Unité pédagogique d'intégration (UPI). Pour permettre un accueil dans de bonnes conditions, le Conseil général intervient dans trois domaines : l'aménagement de la salle de classe et d'une salle de soin ; le financement du matériel pédagogique adapté ; la participation à la rémunération d'un auxiliaire de vie scolaire (A.V.S.). 41 UPI ont déjà ouvert leurs portes dans les Hauts-de-Seine. A noter que les collégiens handicapés, comme tous les autres, bénéficient des dispositifs départementaux (ateliers pédagogiques et concours des voyages européens avec possibilité d'un accompagnateur supplémentaire, P@ss92, etc.). Enfin, d''autres dispositifs ont été créés spécifiquement à leur attention (Concours "Il était une fois", stand « Handicap et insertion » au Forum Top Métier'92).

  • L'Emploi :

En novembre 2009, le Conseil général compte 450 personnes handicapées salariées, contre 356 l'an dernier à la même période. Ainsi, au sein même de son Administration, le nombre d'agents du Conseil général des Hauts-de-Seine bénéficiant d'un emploi réservé représente 6,5 % de l'effectif permanent en fonction dans la collectivité. Une initiative qui fait du Conseil général l'une des premières collectivités de France à remplir les obligations définies par la loi.

  • Les Transports :

Le Conseil général aménage les carrefours de routes départementales : abaissement des bordures de trottoirs, mise en place de cheminements sécurisés, feux tricolores équipés de dispositifs sonores... Il procède également à la mise en accessibilité progressive des arrêts d'autobus. Depuis le 10 février, le Conseil général des Hauts-de-Seine, la Région Ile-de-France et le STIF (Syndicat des transports d'Ile-de-France) mettent en place le PAM 92 (Pour Aider à la Mobilité) à destination des personnes handicapées ayant du mal à se déplacer. Financé par les trois partenaires, ce service est géré par le Conseil général.
Les Logements sociaux : En 2004 et en 2007, le Conseil général a adopté deux mesures financières d'aide aux bailleurs sociaux, tant pour l'adaptabilité des logements existants que pour la création d'une offre nouvelle de logements adaptés. En 6 ans, les crédits alloués pour ces travaux d'adaptation représentent 2,1 millions d'euros. Ils ont permis d'adapter et/ou de rendre accessible plus 2 400 logements sociaux.


  • Les Logements privés :

Depuis 2004, le Conseil général a contribué à l'adaptation au handicap de 187 logements en accordant un volume de subventions de près de 350 000 €. En 2009, le Département, en qualité de délégataire des aides de l'Agence Nationale de l'Habitat (Anah), a financé l'adaptation de 96 logements pour des crédits mobilisés à hauteur de 229 000 €.

  • Hébergement :

Le Conseil général a pour mission d'autoriser la création des établissements et services d'accueil pour personnes handicapées ; il fixe et contrôle leurs tarifs journaliers. En 2008, il a pris en charge, au titre de l'aide sociale, 6112 personnes handicapées (2 036 en structure d'hébergement, 3 985 pour aider le maintien à domicile et 91 personnes en maisons de retraites médicalisées ou en long séjour) pour un montant de 78 millions d'euros.

  • L'Aide à Domicile :

En octobre 2005, le Conseil général a passé une convention avec l'ADEP 92 (Association d'Entraide des Polios et Handicapés), pour la mise en œuvre d'un nouveau service d'auxiliaires de vie intervenant au domicile de personnes handicapées moteur souffrant d'insuffisance respiratoire. Ce service subventionné par le Conseil général à hauteur de 46 000 €, interviendra en priorité sur la moitié sud du département. Près de 140 personnes bénéficient d'une aide dans les actes essentiels de la vie, et des soins appropriés.
Mi-février, l'INSEE, en partenariat avec le Conseil général des Hauts-de-Seine, publie une enquête de 7 pages sur la mesure du handicap, de l'incapacité et de la dépendance dans le département : « Handicap, incapacité et dépendance dans les Hauts-de-Seine : une mosaïque de situations ».

En savoir plus Publié le 12 février 2010

RÉAGISSEZ, COMMENTEZ, PARTAGEZ !





Actualité

Actualité

L'actualité des services aux personnes âgées, des maisons de retraite et du maintien à domicile

Rechercher sur capgeris

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter
Suivez CapResidencesSenior.com  sur Google+, l'actualité du logement pour seniors et des résidences avec services pour seniors
Suivez notre flux RSS
réduire ses frais de succession



© Australis 2017 - Tous droits réservés.
FERMER